Votre séjour

Une maison de famille à louer en Cévennes

Vous voilà posés, et vous avez déjà égaré les clés de la voiture. Peu importe : à proximité de la Peyrarié, à pied, vous allez pouvoir profiter des Cévennes, de toutes les façons possibles :

Sous les châtaigniers
DSC_0554

Au Moyen-Age, les paysans des Cévennes ont aménagé leurs terres pentues en terrasses et y ont créé la châtaigneraie. Là où la culture des céréales n’avait qu’un faible rendement, la châtaigneraie a procuré pendant des siècles la nourriture de base, le bois de chauffe et le bois d’œuvre. Elle occupe encore aujourd’hui beaucoup d’espace : à la Peyrarié, elle touche presque la maison et elle a fourni au gîte une partie de sa décoration ; elle donne à volonté du bois pour la cheminée, la table à feu et le four à pizza. Vous pouvez y vagabonder sans limite pour découvrir la nouvelle diversité que lui procure son retour à l’état sauvage : chênes, noyers, micocouliers, merisiers, sans parler des genêts. L’été, l’ombre des châtaigniers profite aussi à qui se couche dans le hamac, accroché aux deux derniers mûriers. En automne, on ramasse généralement plus de châtaignes qu’on ne peut en faire griller … les vrais passionnés pourront se lancer dans la production de confiture !

S'installer sous les châtaigniers
Sur les sentiers de randonnée
IMG_0820

Balade, rando, promenade : à chacun sa façon de marcher, sa distance et son rythme. Depuis la Peyrarié, les chemins vous mènent, de l’autre côté du vallat, en direction du col Saint-Pierre : vous y croiserez en un peu plus d’une heure le chemin de Stevenson. Sans traverser le ruisseau, vous pouvez aussi explorer la vallée jusqu’au bout, en passant par les trois hameaux des Bessèdes, de la Baumette et de la Baume. En franchissant le col, par le mas du Serre, vous passerez par les autres hameaux de Peyrolles pour aboutir au Gardon, du côté de l’Arénas ; là, si vous êtes prêts à marcher… quelques heures, vous pourrez découvrir l’autre rive de Peyrolles, par le pont de l’Arénas, et remonter la Vallée obscure jusqu’aux cols du Briontet et du Mercou… sinon, vous longerez sagement le Gardon pour remonter par l’Ecolette, en passant devant les Conques.

S'installer sur les sentiers de randonnée
Au bord du Gardon
DSC_0062

Notre Gardon, c’est celui de la Vallée Borgne, le Gardon de Saint-Jean. Il est moins couru que celui de Mialet … tant mieux ! Et il est tout près : 20 mn de balade pour descendre s’y rafraîchir. Vous aurez le choix entre les Conques, un coin de baignade accessible par un chemin de chèvre où les intrépides pourront sauter dans un trou d’eau et les sportifs nager dans un long couloir ; l’Arénas, bien plus facile d’accès, une petite plage de sable et de galets  appréciée des castors, des hérons et des écrevisses ; et Cap de Prat, qui se mérite par une randonnée les pieds dans l’eau d’environ ½  heure, mais  qui vaut le détour.

Les pêcheurs trouveront leur bonheur tout au long du Gardon, rivière de 1ère catégorie dont la pureté est attestée par la présence des écrevisses comme des truites farios sauvages. Dans les gorges, les plus intrépides pourront pratiquer les sports d’eau vive.

.

Notre partenaire Sentiers Vagabonds se mouille avec vous pour descendre les rivières cévenoles !

Toboggans naturels, cascades, petits sauts… Un milieu sauvage où exploration rime avec émotion. Des expériences riches en sensations et une découverte des milieux naturels des Cévennes  accompagnée par des professionnels du canyoning.

S'installer au bord du Gardon
En pays huguenot
croix

En 1689, 5 ans après la révocation de l’édit de Nantes, le curé-prieur de Peyrolles fut assassiné, au niveau du ruisseau du Rieu, juste sous la maison. Abraham Mazel indique aussi dans ses mémoires que les Camisards ont incendié l’église de Peyrolles, mais vraisemblablement sans la détruire… Peut-être est-ce pour cela que Peyrolles a été un des premiers villages cévenols méthodiquement brûlés et démolis sur ordre du roi ; le temple ne fut jamais reconstruit. Mais l’église, ayant survécu à l’incendie (elle en avait vu d’autres depuis l’époque romane) devint au XIXème siècle… un temple protestant. Que vous soyez vous-mêmes plus ou moins descendant de Camisards ou que leur épopée vous intéresse comme elle a fasciné Stevenson, vous êtes bel et bien, à la Peyrarié, sur les lieux-mêmes de cette histoire mouvementée.

S'installer en pays huguenot
En vallée cévenole
DSC_0188b

Au fil de vos promenades, vous découvrirez combien les Cévennes sont un pays construit. Les sous-bois semblent sauvages ; mais les murs de pierre sèche et les lignes d’anciennes terrasses apparaissent encore souvent : c’est la trace du travail des habitants de ces vallées pour aménager des prés et des champs aux abords de leurs maisons et pour transformer la majeure partie de leurs montagnes en verger. Mas, clèdes, bergeries : la multiplicité du bâti, difficile à repérer l’été dans l’épaisseur des couverts, plus facile à deviner l’hiver, indique elle aussi la densité d’occupation de ces vallées jusqu’au début du XXème siècle. Et il reste encore beaucoup de maisons habitées, surtout l’été : si vous croyez être, enfin, seul au monde, sortez de la maison à la nuit tombée : vous repérerez vite vos voisins… bien qu’assez nombreux, à quelques centaines de mètres à la ronde, ils sont aussi à au moins une demi-heure de marche : la pression reste tenable.

S'installer en vallée cévenole
Loading...